Bien vivre une rupture difficile

Quelques conseils:

Introduction:

Déjà bonjour! Je reviens après très longtemps sur ce blog, j’espère vous avoir manqué! Aujourd’hui je vais vous donner quelques conseils pour bien vivre une rupture difficile. Dans cette vidéo, je vous parle de comment je fais pour vivre des ruptures saines et avec le sourire. Je pars du principe qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Cela fonctionne très bien mais je comprends que ce n’est pas toujours le cas. J’ai moi-même vécu des ruptures ultra-toxiques avec beaucoup de haine, de colère ou de déception. Et dans ces moments-là, cela peut être compliqué de relever la tête et de faire comme si tout allait bien. J’écris donc cet article pour vous aider dans cette période.

Ne pas parler de la rupture:

Je vais tenter de nuancer mes propos. Je suis persuadée que les premiers jours d’une rupture sont les jours les plus décisifs pour aller bien. En effet, c’est très simple de se contenter de pleurer dans son lit et d’appeler tout.e.s ses ami.e.s pour nous plaindre de notre situation. C’est le meilleur moyen pour aller mal d’après moi. Je vous conseillerais premièrement de ne pas passer votre temps à parler de cette rupture à vos ami.e.s (pendant au moins les 2 premiers jours). Vous pouvez tout simplement dire que vous n’êtes plus en couple et que vous voulez en parler plus tard.

Pourquoi ce conseil?

Parce que parler sans cesse, sous l’émotion, revient à entretenir le fait de se sentir mal et y penser tout le temps. En plus de cela, nos ami.e.s vont vouloir ne discuter que de ce sujet et vont peut-être même s’empêcher d’être heureux.se avec vous. Ce n’est pas le cas de tout le monde évidemment. Mais c’est comme accentuer le fait que vous « devez » aller mal.

S’occuper l’esprit:

Tous les conseils que je vous donne dans cet article sont efficaces s’ils sont faits ensemble. Ne pas parler à ses ami.e.s peut vite vous faire ressentir la solitude, et ce n’est pas le but! C’est pourquoi je vous dirais qu’il est très important de vous occuper. La meilleure chose serait d’organiser votre semaine entière. Jours après jours, horaires après horaires. En effet, cela vous enlèvera un poids et vous permettra de vous rendre compte que la vie continue. Profitez-en pour tester des nouvelles choses, voir vos amis (mais sans parler de ce problème) et juste profiter du moment présent.

Pourquoi ce conseil?

Je ne vous suggère pas de faire comme si de rien n’était, mais seulement prendre quelques jours pour vous. Le temps de digérer et de faire redescendre les émotions pour pouvoir mieux les comprendre après. La haine, la colère et la déception sont des émotions qui fonctionnent parfaitement pour cacher les vraies solutions.

Vaincre la solitude:

Mon dernier conseil est lié à la peur de la solitude. Le deuxième conseil aide beaucoup mais j’aimerais préciser ici que vous pouvez vous organiser du temps juste pour VOUS. Dessiner, écrire, se complimenter, se promener, cuisiner.  Personnellement, j’aime méditer, faire du yoga, danser et avoir des massages.

Pourquoi ce conseil?

Tout simplement pour vous montrer que vous pouvez faire des choses seul.e.s. Vous vous prouverez que vous ne dépendez pas de votre couple. Profitez-en pour vous donner de l’amour, vous chouchouter. Cela fait du bien au corps et à l’esprit.

Et après?

Après ces quelques jours pour vous (2-3 jours ou même une semaine) vous serez prêt.e à parler et à affronter les problèmes de cette rupture. Vos émotions « à chaud » seront redescendues, vous saurez que la vie continue et que vous êtes là pour vous. Ce sont de bonnes bases pour affronter cette période. Je ne dis pas que prendre cette décision est le chemin le plus simple, mais c’est un chemin efficace. Je l’ai utilisé plusieurs fois et il a à chaque fois réduit ma peine de plusieurs mois.

Conclusion:

Ce sont des tips qui sont à mettre en place au début de vos ruptures. Ils ne sont pas miraculeux mais ils fonctionnent. Se prouver qu’on est là pour soi et diminuer les émotions très fortes du début sont deux choses qui font beaucoup de bien. À vous de tester! Et n’oubliez pas qu’avec le temps, les blessures se cicatrisent 😉

À très vite,

Debora.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.